Depuis que Jérome Garçin à écrit un livre sur Beudant (Paraît-il, car je ne l’ai pas lu) les recherches sur internet se multiplient avec pour mot-clé le nom de cet écuyer. C’est ainsi que les internautes tombent par hasard sur mon site.  Welcome ! et merci Jéjé !
Je signale que mon roman « Le Maître de manège« , n’est pas sur Etienne Beudant. Le héros de mon histoire n’est pas une personne existante ou ayant existé ou alors c’est le hasard.

Pourtant, cela aurait pu. J’avais sur ma table de travail, au cours de l’écriture,  les livres « Vallerine » et « Extérieur et Haute-Ecole » de Beudant. Je cherchais dans ces ouvrages des sentiments, des émotions de cavalier que je n’avais pas suffisamment moi-même éprouvés lorsque j’étais à cheval et que simultanément je voulais coucher sur ma feuille de papier pour les besoins romanesques de mon récit.

Je ne sais pas ce que Garçin a dit de cet homme, mais sûrement que Beudant était un immense écuyer (d’après les témoignages dithyrambiques de ses contemporains), doublé d’un talent d’écrivain qui savait transmettre ce qu’il éprouvait avec beaucoup de justesse. Un esprit limpide ! C’est encore pour moi un régal de le relire.

Par ailleurs, le dessin de la couverture a été réalisé en m’inspirant, pour l’attitude du cheval au « piaffer », d’une photo du Capitaine Beudant sur Mabrouk.